Baptiste HESCHUNG

Photographies, dessins et petits mots...

Avis de coup de vent

Balades
Brest
Il pleuvait, le vent soufflait fort, les vagues déferlaient, je n’avais que rarement vu une aussi grosse et belle tempête. C’était le moment idéal, quoi qu’un peu dangereux, de sortir faire des photos.

C’est le milieu de l’après-midi, le vent souffle fort depuis la nuit dernière.
Des bourrasques glaciales soufflent à plus de quatre-vingt-dix kilomètres heures dans les terres, rajoutez vingt à trente kilomètres heures sur la côte et même encore plus en pleine mer.
Le ciel est gris, la mer aussi. Je ne sais même pas d’où venait l’eau qui renforçait ce froids. Certainement des embruns mêlés à la pluie.

La visibilité bien inférieure au mille, les embarcations restent clouées dans le petit port du Dellec et s’animent au rythme des vagues incessantes. La mer est bien formée, pourtant nous sommes encore dans la rade de Brest. Je n’imagine pas la situation en pleine mer.
Des creux de dix à douze mètres, parfois plus, sont annoncés dans le rail d’Ouessant, d’après la météo marine.

Je suivais un petit sentier côtier habituellement très fréquenté par les randonneurs.
Aujourd’hui il était désert. Seuls quelques photographes, comme moi, bravaient les éléments, pour tenter d’obtenir quelques clichés de qualités, par un temps dont nous avions bien l’habitude dans la pointe nord du Finistère mais qui ce jour-là, surpassa les autres.

Le vent se renforce, la tempête durcit. La visibilité devient vraiment médiocre. On entends les cornes de brume siffler. Elle préviennent les navires tel le faisceau lumineux d’un phare.
Le danger est réel pour les embarcations dans la rade et le goulet.
Mais il est encore plus important pour les navires sillonnant le rail d’Ouessant. C’est pour cela que le CROSS, le Centres Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage, de la pointe de Corsen est en alerte sur la VHF 16, le canal radio pour toute détresse en mer.

C’est comme les pompiers qui scrutent les appels au 18 !

Le remorqueur d’intervention, d’assistance et de sauvetage, Abeille Bourbon, parfois appelé par l’indicatif UT515, est un navire basé dans le port de Brest qui, si les conditions météorologiques sont bonnes, reste à quai.
Lorsque le vent commence à souffler sérieusement, le navire se déplace et reste au mouillage dans l’anse de Camaret.
Si la vitesse du vent et la taille des vagues continuent de grimper, alors le remorqueur ira en première ligne en mettant le cap sur Ouessant, ce qui fût le cas lors de cette journée bien agitée !